📣 « Les habitants avaient signé une pétition pour éviter la disparition de leur librairie »

Après avoir participé à la conférence de rédaction ouverte d’octobre de L’avertY, Valérie Bonetto a découvert qu’elle pouvait aussi partager ses textes dans le journal comme contributions citoyennes. Elle a choisi de nous parler de la librairie Arthaud qui lui tient à cœur. Une librairie qui a déjà fait réagir dans l’actualité lors de périodes financièrement compliquées.

La librairie Arthaud, Lireka, des projets indépendants

La librairie Arthaud a la particularité d’être indépendante à la différence de la Fnac ou Décitre sur Grenoble. Quand on entre dans le lieu préféré des grenoblois, on est frappé par les vestiges historiques du bâtiment, un hôtel particulier datant du XVème siècle. On peut gravir un grand escalier à gauche, ou contempler une grande façade qui surplombe les rayons à droite.

Les bureaux sont encore rudimentaires : les investissements qui n’avaient pas été faits avant la reprise du magasin sont en cours. Celle-ci a eu lieu il y a seulement un an. Marc Bordier me reçoit chaleureusement et en totale transparence. C’est un chef d’entreprise qui a pris des risques en investissant, après une certaine hésitation, son argent personnel dans l’aventure. Ceci a permis d’augmenter le capital consacré à l’augmentation des stocks donc du catalogue. Diplômé d’HEC et titulaire d’une maîtrise de lettres modernes, il a toujours exercé sa profession dans le domaine des livres. Ancien cadre d’Amazon où l’entrepreneur a travaillé pendant onze ans, il met au service d’Arthaud son expérience de la vente en ligne. En effet avec Emmanuelle Henry et associé avec Robin Mallein, il a aussi créé en septembre 2021, Lireka, une nouvelle plateforme. Lireka est la contraction de « lire » et « eurêka ». Ainsi ce sont trois professionnels très expérimentés qui sont à la tête de ce projet.

La spécificité de Lireka est la livraison gratuite dans le monde entier. « Amazon ne propose pas cette gratuité. Ceci est possible grâce à des partenariats avec des transporteurs, au fait de commander trois à quatre livres, et que le prix soit indiqué en devises locales ». Cependant le vote d’un projet de loi, imposant un montant minimum de livraison, est en cours. Mais on peut se demander comment Marc Bordier entend fidéliser les clients. « Nous comptons le faire en apportant une réponse rapide aux clients, en assurant la logistique et une excellence opérationnelle ». En effet la plateforme assure des délais de livraison courts en France, en Europe, aux États-Unis, au Canada et dans le reste du monde.

Sur le site Lireka, on peut trouver plus d’un million de livres en français, des propositions liĂ©es Ă  l’actualitĂ©, des vidĂ©os de l’auteur choisi et des commentaires de lecteurs de BabĂ©lio et leur notation. La plateforme a en effet ce site pour partenaire, qui compte six millions de personnes connectĂ©es dont un tiers Ă  l’étranger. On peut y trouver un lien vers Lireka qui est en tĂŞte pour les ventes hors de France. Il y a dĂ©jĂ  un bon trafic bien que sa date de crĂ©ation rĂ©cente. D’ailleurs Marc Bordier, fier, me montre les connexions en temps rĂ©el notamment en provenance des États-Unis et d’Europe. « Nous nous faisons connaitre par des relations presse, des sites d’expatriĂ©s, et des communautĂ©s qui partagent sur les rĂ©seaux ». En fait cette plateforme vise les personnes qui habitent loin des centres-villes et surtout celles qui sont Ă  l’étranger – 2 millions d’expatriĂ©s et 250 millions de francophones. Le site d’Arthaud s’adresse lui aux clients de la librairie Ă  Grenoble. Quant aux rĂ©seaux, LinkedIn n’est pas appropriĂ© car il s’adresse aux professionnels. Par contre Facebook est dĂ©terminant comme Instagram. Ce dernier permet de bien communiquer sur les livres.

Marc Bordier n’oublie pas pour autant la librairie physique et insiste sur la complémentarité des deux projets. « La librairie est un lieu culturel et convivial où l’on peut participer à des signatures avec des auteurs, par exemple, et discuter avec des libraires très dynamiques et à l’écoute des lecteurs ». Acheter en “présentiel” est un acte citoyen. La librairie qui se situe en plein centre-ville doit être un acteur qui crée du lien avec les associations, les partenaires et les grenoblois qui ont soutenu l’institution quand elle était menacée de fermeture en 2014. En effet les habitants avaient signé une pétition pour éviter la disparition de leur librairie. Arthaud a déjà établi des liens avec Terre vivante, le Dauphiné-Libéré et l’Université Grenoble Alpes. Une animation est nécessaire pour la faire vivre. « Au-delà des signatures qui mettent en valeur des auteurs locaux et nationaux, sont organisées aussi des expositions. Actuellement il y a un livre accompagné par des photos sur la Bosnie ». En effet la librairie dispose de la salle du Rabot au troisième étage et Marc Bordier envisage des possibilités de live sur Facebook qui retransmettrait les évènements. La réelle complémentarité entre la librairie physique et Lireka est à venir. Le projet d’animation est encore à développer. D’ailleurs, la directrice de la librairie, Claire Criscuolo, envisage de créer un café littéraire au mois de novembre. Ne faut-il pas faire plus ?

Quant aux perspectives, le marché du livre se porte bien après le confinement : il y a plus de clients à la réouverture. Et le chiffre d’affaires d’Arthaud est supérieur à la moyenne des librairies. Le recrutement redémarre. Un effort est fait sur les salaires des 30 employés qui ont tous été repris. Mais le président de la librairie et de Lireka s’interroge sur l’évolution future. L’embellie va-t-elle durer ? Actuellement, un déménagement de la logistique est prévu en janvier 2022 dans un entrepôt. Le nouveau magasin à côté de la papèterie sera une surprise ! Marc Bordier maintient le suspens.

Valérie Bonetto

Réagir, réfléchir, agir 
Exprimez-vous sur L’avertY ! Le média est ouvert à toutes contributions, à tous opinions et partages d’informations citoyennes, respectant le cadre de la loi. Les professionnels de la communication et de la politique ne se privent pas de s’exprimer dans les médias, alors pourquoi pas vous ?

Mail de contact : redaction@laverty.fr

Garanties pour chaque publication :
🔸 Pas de modifications des textes sans accord de l’auteur, dans l’unique but de rendre l’information plus lisible et compréhensible pour tout le monde.
🔸 Publiée avec la même attention que les autres contributeurs.
🔸 Correction des fautes d’orthographe.
🔸 Aide à l’écriture possible.

Soutenir le fonctionnement participatif du média : bit.ly/abolaverty

Auteur/autrice : Rédaction de L'avertY

Média web, local et participatif sur l'agglomération grenobloise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.